Le Mas d'Azil est mondialement connu pour sa grotte et les vestiges préhistoriques qui s'y trouvent.

La préhistoire y a laissé aussi d'autres monuments remarquables comme les nombreux dolmens que les randonneurs viennent visiter sur la commune et aux alentours (à Camarade, Sabarat et Gabre).

Mais ces visiteurs ne prêtent que peu d'attention au village même...

Au grand dam quelquefois de ses habitants et surtout de ses commerçants qui aimeraient bien leur faire traverser la grotte et descendre un peu le long de l'Arize.

On leur explique pourtant que la petite "bastide" a rejoint la "Grande Histoire" en 1625, lors d'un mémorable siège où les huguenots, réfugiés résistèrent héroïquement aux troupes royales.

Mais quels sont les vestiges visibles de cette bataille ? A part les vides laissés par la destruction des fortifications, et la grotte elle-même qui servit de refuge, dit-on, aux populations qui ne purent entrer dans la ville.

Alors pour une fois, laissons de côté cet épisode important des guerres de religion en Ariège.

Et intéressons-nous un temps au village même : son organisation urbaine, ses formes...

carte postale

... son réseau de rues et de voies, ses limites communales, ses toponymes anciens, ses vestiges archéologiques autres que la grotte et les dolmens.

Un patrimoine matériel et immatériel hérité non pas de la préhistoire ou des guerres de religion, mais essentiellement du Moyen-âge, et un peu de l'Antiquité.

Un patrimoine racontant  une histoire, celle de l'abbaye bénédictine à l'origine du village, qui par moment rejoint la "Grande".

Un patrimoine intéressant à connaître ou reconnaître pour mieux le protéger, et le valoriser.

C'est ce que propose prochainement le foyer rural du Mas d'Azil, à l'occasion d'une conférence (dont je me chargerai).

"Le Mas d'Azil au Moyen-âge "

jeudi 17 novembre à 20h30

salle multimédia, rue du temple